dimanche 15 janvier 2017

Prochain stage



Mars 2017




Le prochain stage «  l’objet et son double » aura lieu du 13 au 24 MARS dans la tour d’Ardelaine: (Lundi 13, mercredi 15, vendredi 17, lundi 20, mercredi 22 et vernissage de l’expo le vendredi 24 mars ) 

Nous explorerons les distorsions entre un objet et ses différentes images par le biais des ombres portées ; nous retiendrons les dissemblances, les images singulières, insolites, expressives et suggestives; elles seront le ferment pour une nouvelle création en volume avec différentes étapes: croquis, maquettes en terre et réalisations finales, en préservant cet écart entre l’objet et son image et inversement et mettant en jeu les différents paramètres plastiques (échelle, formes, couleurs, structure, matières et matériaux..)
Références artistiques: Boltanski et son «Théâtre d’ombres », le travail sur le «Point de vue» de Markus RAETZ, de François MORELLET  - L’Allégorie de la caverne de Platon entre autre.

Informations complémentaires et ouverture des inscriptions au 15 février.

5 séances de 2H30 (L’horaire sera précisé ultérieurement entre 15H et 19H30 en fonction des disponibilités des participants)







vendredi 26 août 2016

Ecritures



STAGE DE PRATIQUE ARTISTIQUE ET HISTOIRE DE L'ART


Le même stage se déroule dans 2 lieux différents:


1-  Mars 2016: à Saint Pierreville (07190) en Ardèche dans l'espace de la SCOP Ardelaine. (5 séances de 2H30 sur 15 jours)

2-  Août 2016: à Salmaise (21690) en Côte d'or dans l'école communale ou j'ai appris à écrire... du CP au CM2. (4 séances de 3H sur 4 jours et expo le 5em jour)





"Depuis le temps les plus reculés, l'homme a manifesté le signe obsédant de laisser sur terre les traces de sa présence, les signes de son passage. Des fresques rupestres aux graffitis contemporains, ce phénomène se perpétue en revêtant des formes d'une extrême et émouvante diversité.
Chaque ethnie, chaque, civilisation, chaque époque a développé des systèmes graphiques spécifiques qui constituent le miroir fidèle d'une culture qui, sans eux, se serait dissoute dans la nuit des temps.

Dans notre ère de mutation où l'électronique, l'informatique, la télématique introduisent de nouveaux registres scripturaires, il paraît urgent d'assurer, en se référant à la création contemporaine, la pérennité de la main, du geste, du corps et de l'outil qui en est l'émanation et le prolongement directs."



Yves Mairot (écritures du temps présent, extrait du catalogue, 1984)
 

« L’écriture survient à la parole, sorte d’issue au souffle, elle appréhende l’espace et par la mise en œuvre d’un matériau donne naissance à une forme qui devient Signe ou Empreinte.
Cette remontée vers l’origine nous fait retrouver les fils internes qui se cherchent, se perdent, tissent un réseau d’où apparaît une image venant de mémoire profonde, s’enrichissent de formes latentes, s’affrontent dans la trame de leurs échanges, deviennent illisibles pour retrouver une force d’intensité et de Visibilité. »



Chantal CUSIN-BERCHE (extrait du catalogue expo. : écritures du temps présent, 1984)


_______________________________________________



Etape 1: 
Désapprendre à écrire, oublier le code, laisser le corps reprendre possession de la page, retrouver une écriture rythmée par le souffle, une écriture de l'intime.
Introduire la fabrication des outils pinceaux.

Dictée: 

« L’énoncé, annonça-t-on, était tissé. Le disciple était fébrile, mais fin prêt à noter : ses stylos décapuchonnés, ses plumes gorgées d’eau teintée, sa feuille soigneusement déployée… La phrase retentit : « Le maître dit l'élève est un âne »
Ne restait qu’à ponctuer.
Diable. Ce n’était pas si simple…c’est alors que dans un geste gauche, il fit trembler sa plume. Flic, floc. Les gouttes d’encre plurent.
Ce fut la révélation. Pourquoi écrire ? Se tança-t-il.
Peins, sot ! »

Marie Fournier




Chacun dispose d'un stylo à plume et d'une feuille double page de cahier.
Une première dictée sur la page de gauche est effectuée de la main droite, puis sur la page de droite la même dictée est effectuée de la main gauche mais dictée plus rapidement....




                                           Main droite                                                         Main gauche







main gauche







 "Faute de mieux, je trace des sortes de pictogrammes, plutôt des trajets pictographiés, mais sans règles. Je veux que mes tracés soient le phrasé même de la vie, mais souple, mais déformable, mais sinueux. »
« J’empoigne mon pinceau…L’ampleur du geste, réclamé par les caractères qu’on voulait plus grands, avaient changé l’esprit du dessin. Au lieu de caractères, au lieu de ces « je ne sais quoi » notés, ils arrivaient lancés, ils devenaient élan, participation, entraînement. Par l’amplitude, je pouvais communiquer avec ma propre vitesse, et j’oubliais pour elle le sujet et l’impression originelle. »

 Henri MICHAUX (extraits de « Emergences-Résurgences »,  « Passages » et divers articles.)



Etape 2 :

Fabrication des outils pinceaux

Pinceaux-objets :

- Objets personnels : singuliers, étonnants.
- Objets primitifs: réalisés avec un minimum d’outils à partir de matériaux bruts trouvés dans votre environnement ou d'éléments de récupération.
- Objets plastiquement riches: fruit d’une attention particulière à l’aspect visuel de l’objet, au soin apporté à sa réalisation, ainsi qu’à la mise en relation des formes, couleurs, matières.
- Objets efficaces: Chaque instrument sera solide, retiendra les médiums (encre, peinture, colle, etc.) et vous permettra de travailler de manière expressive, riche et nuancée. 



Saint Pierreville











Salmaise

















Etape 3 :

Essais techniques

Tester, expérimenter l’instrument, ses possibilités, ses limites.
Prendre en compte: la tenue, le geste, la quantité d’encre ou de médium.

Sélection, présentation des essais
Observer les différents essais, puis retenir les éléments les plus caractéristiques significatifs de l’identité de votre instrument.


Saint Pierreville
















Salmaise















Etape 4 :

Supports – médiums
Expérimentation
Expérimenter les interférences entre supports et médiums :
Créer, transformer des supports, tester et observer les traces obtenues compte tenu des différents médiums utilisés.


Etape 5 :

Développement de projet personnels "pages d'écritures"
Réinvestissement des expérimentations précédentes

Saint Pierreville

















Acrylique sur carton - 1,20 x 0,50m



Salmaise







Colle blanche, brou de noix


Papier de soie, brou de noix, acrylique, huile de lin











Variations sur enveloppes 22 x 11cm - encre, acrylique, huile de lin

Variations sur enveloppes 22 x 11cm - encre, acrylique, huile de lin




Encre, acrylique, colle blanche, cire, collages/décollages - 1,40 x 0,95 m













EXPOSITIONS (mise en espace, valorisation des réalisations) 

Saint Pierreville








Salmaise





QUELQUES REFERENCES ARTISTIQUES

Outils, postures, oeuvres


Hachiro Kanno


Pierre Aleschinsky



Fabienne Verdier

Pierre Soulages

Kazuo Shiraga, 2em expo du groupe Gutai à Tokyo, 1956


Olivier Debré


Dotremont - Lopogramme

Jean Degottex, AWARE II 1961, 202 x 305 cm (MNAM)


Henri Michaux

Henri Michaux

Sofu Teshigahara, Ancien Capital, 1963, 172 x 378 cm Calligraphie

Antoni Tapiès, Grand Noeud, 1982, 200 x 500 cm

Adolph Gottlieb, Sounds of Night, 1948

Cy Twombly, ST 1968, 172 x 228 cm





ECORCES
Georges Didi-Huberman

… « J’ai posé trois petits bouts d’écorce sur une feuille de papier. J’ai regardé. J’ai regardé en pensant que regarder m’aiderait peut-être à lire quelque chose qui n’a jamais été écrit. J’ai regardé les trois petits lambeaux d’écorce comme les trois lettres d’une écriture  d’avant tout alphabet. Ou, peut-être comme le début d’une lettre à écrire, mais à qui ? Je m’aperçois que je les ai spontanément disposés sur le papier blanc dans le même sens où va ma langue écrite : chaque « lettre » commence à gauche, là où j’ai enfoncé mes ongles dans le tronc de l’arbre pour en arracher l’écorce. Puis elle se déploie vers la droite comme un flux malheureux, un chemin brisé : ce déploiement strié, ce tissu de l’écorce qui se déchire trop tôt.
Ce sont là trois lambeaux arrachés à un arbre, il y a quelques semaines, en Pologne. Trois lambeaux de temps. Mon temps lui-même en ses lambeaux : un morceau de mémoire, cette chose non écrite que je tente de lire ; un morceau de présent, là, sous mes yeux, sur la page blanche ; un morceau de désir, la lettre à écrire, mais à qui ? »…..